Les personnes hypersensibles

C’est devenu un peu un terme “fourre-tout”, ce qui peut se comprendre, d’une part, du fait de l’évolution en matière d’approche d’étude et de compréhension de l’humain, mais aussi des anciennes références.
Qu’est ce qu’un individu hypersensible finalement ?

Il y a une vingtaine d’années seulement, être hypersensible était avant tout dans l’esprit de beaucoup associé à une personne “hyper-émotive” soit dotée d’une grande sensibilité émotionnelle. Cela se remarquait notamment du fait du nombre et/ou de l’intensité de ses états émotionnels au court d’une journée ou de façon plus ponctuelle, ceci à l’occasion d’événements ou d’interactions  son entourage ou face à des événements. “un rien le/la fait réagir”, que ce soit par les rires ou les pleurs.

Pour moi c’est loin d’être la bonne définition.
Un/une hypersensible, est une personne profondément connectée à son corps, à son émotionnel et/ou à son esprit, parfois les 3 à la fois ou seulement sur certaines sphères dans un premier temps. Sa capacité à ressentir les choses est beaucoup plus fine, voire intense que la moyenne. Sur le terme d’intensité il ne faudra pas confondre ce qui est du ressort du déséquilibre émotionnel/psychique/spirituel, avec le fait de ressentir profondément les choses.
Ceci-dit les deux peuvent être confondus assez facilement, parce qu’un hypersensible qui n’a pas encore travaillé sur lui, vivra, ses blessures intérieures de façon plus intense également, lui faisant ressentir de plus grandes variations.
Être hypersensible ne conduit pas nécessairement au déséquilibre, bien au contraire, il a un potentiel d’harmonie avec son environnement et avec lui-même beaucoup plus grand, à condition de bien se comprendre. Il s’agit de potentiel “d’intelligence émotionnelle”.
On peut ainsi se découvrir hypersensible, ou le devenir. Parce qu’on ouvre une autre porte sur soi-même.

Revenons à l’idée principale, qui est “la capacité à ressentir les choses de façon beaucoup plus fine”. Leurs 5 sens en eux-mêmes, sont beaucoup plus aiguisés et développés. Odorat, goût, vue, ouïe, toucher: focalisé sur un seul ou plusieurs, parfois tous, ce qui facilite la kinesthésie.
Les connexions neuronales sont souvent plus nombreuses et plus rapides, leur intellect n’en est que plus subtil, si ce dernier n’a pas été trop conditionné et “rigidifié” par tout un tas de conventions sociales non-bénéfiques à l’écoute intérieure.
Il est commun de dire que les hypersensibles pensent trop, qu’ils ont des problèmes de gestion du mental: en fait c’est le cas de tout individu de société industrialisée, simplement, leur sensibilité à leur être intérieur étant plus forte, cela viendra en opposition avec leur propre harmonie intérieure. Pourquoi ? connexions neuronales plus denses, plus rapides, plus subtiles qui seulement mises au service de l’intellect, par le mental et l’égo et non plus de l’étendue des sens, entraineront une surchauffe = “bugs neuronaux”. La machine s’emballe alors, car sur le lit du mental agité, l’émotionnel, le deviendra, entrainant une cacophonie intérieure pour l’être Sensible qu’il est.
Tout étant inter-connecté, dans le concret comme dans l’abstrait, les sphères dites : intellectuelles, émotionnelles, spirituelles (écoute de l’âme de l’énergie de vie), psychiques et physiques, lui sont aussi beaucoup plus perceptibles. A la fois par le pur sensoriel intérieur (notamment) et par la compréhension retranscrite par l’intellect (sans interprétation ni détour mental).

L’hypersensible doit veiller plus que tout autre à son équilibre par les sens, par le corps et l’esprit, une excellente hygiène de vie lui est indispensable. En termes de : qualité environnementale, relationnelle, satisfaction personnelle.
Le corps, l’esprit et l’émotionnel, doivent être en parfait équilibre, afin que l’intensité puisse être équitablement répartie entre toutes les sphères, permettant à l’ensemble de rester fluide. Sans quoi, il y a surchauffe sur un secteur.
C’est valable pour tous, mais particulièrement pour eux. J’ai parlé de qualité environnementale : lorsque nos sens perçoivent d’avantage d’informations, vivre dans un environnement saturé en information peut entrainer une fatigue nerveuse importante: corps et esprit ne suivent plus. Habiter en ville peut donc s’avérer épuisant à défaut d’être possible sur le long terme. Rien qu’au niveau sonore, votre cerveau enregistre tout, décompose les bruits, leur origines, x fois plus qu’une personne “moins hypersensible”.
Même si vous souhaitez vous concentrer sur votre tâche, vous percevez mille choses sans y prendre garde. Ainsi les bruits forts, répétés (circulation automobile, travaux), stridents, peuvent vous sembler insupportables, bien plus qu’à d’autres. Ce n’est  bon pour personne sur le long terme, mais un hypersensible sera particulièrement concerné.

Aussi dans un tel environnement, la dépression, le burnout, le manque de concentration, peuvent survenir plus facilement. L’hypersensible a besoin d’un environnement sain et serein pour déployer toute sa sensibilité et sa créativité et les mettre au service du bonheur et de l’harmonie sur Terre.

Il y a tellement à en dire sur le sujet, que cet article se veut “introductif”, et qu’il n’est pas impossible que je le complète ici-même et avec d’autres articles.


Apolline Lyra

Ces écrits sont le fruit de mes propres observations et recherches intérieures. Merci de respecter les droits d’auteur et mentions au bas de la page. Si vous découvrez cette approche par le biais de cette page, merci de mentionner l’auteur. Nous retrouvons sur internet et ailleurs trop d’idées qui ne sont pas issues des auteurs eux-mêmes, ce qui aboutit à la transmission d’idées qui ne sont pas comprises par ceux qui les véhiculent.

Les articles comme le contenu de ce site, sont soumis à des droits d’auteur. Merci de ne pas les modifier en totalité ou en partie. Si vous souhaitez les partager, merci de partager un lien direct vers le site. Merci de ne pas exporter ce contenu sans l’accord préalable de l’auteur.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!